Booze & Glory – Hurricane

Band Oi formé à Londres en 2009. Très peu connu au Québec, mais selon moi, il mériterait une plus grande visibilité dans la province. Moi-même je le connaissais très peu lors de son passage aux Katacombes de Montréal en 2018. J’avais été très surprise de constater le peu de spectateurs présents ce soir-là comparativement à leurs spectacles en Europe.

Le 18 octobre 2019, ils sortaient leur plus récent album Hurricane. Douze chansons, dont un cover de I’m Still Standing d’Elton John, pour un total de 47 minutes.

L’album a été produit par Mathias Färm (guitariste de Millencolin), dans son studio d’Örebro, Soundlab Studios. Cette association en a refroidi quelques-uns, mais personnellement, ça m’a donné le coup de pied dont j’avais besoin pour aller me faire ma propre idée. Je n’avais pas encore eu la motivation d’explorer leurs albums précédents, mais j’avoue que cette collaboration a piqué ma curiosité. J’étais curieuse de voir s’ils allaient réussir le pari de garder leur identité Oi tout en adoptant un son plus travaillé et plus accessible. Étant une grande fan d’Oi et des derniers albums de Millencolin, j’avais déjà un parti pris pour cet album, mais je ne m’attendais pas à un aussi gros impact. Je suis vraiment tombé en amour intense dès la première chanson Never Again.

LA chanson parfaite pour débuter un album. Hyper catchy, mélodique et rapide. On est plus dans le skate punk mélodique avec des guitares agressives et des riffs rapides, mais on retrouve rapidement les influences Oi avec le magnifique sing along chorus. Un mélange parfait qui se retrouve sur l’album entier. Exactement le genre de mélange qui me donne des frissons.

Après plusieurs écoutes, j’ai enfin réussi à passer à la deuxième chanson Ticking Bombs. Je suis tout aussi impressionnée que par la première. L’intro à la bass, instrument particulièrement apprécié des fans d’Oi, fait bien le lien entre les deux chansons et nous donne un aperçu de sa présence tout au long de l’album. Cette chanson est un peu plus longue et plus lente. On peut vraiment apprécier toute l’énergie Oi. Surtout pendant le refrain avec toutes les voix et les « oh oh » caractéristiques du genre.

Ten Years, super catchy et fun. Chanson célébrant les 10 ans du band. Réflexion sur leur carrière avec un texte rassembleur du genre. « Hey brothers! Hey sisters! Our family’s getting strong, we ain’t going nowhere, we’re here where we belong. Hey brothers! Hey sisters! it’s great to have you here, we ain’t gonna stop just yet, we’re stick together until the end. » Exactement le genre de phrases que j’adore, surtout chantées avec un accent comme celui du chanteur.

Comme tout bon album Oi se doit d’avoir une touche joyeuse et positive, les deux prochaines chansons, Live It Up et The Guv’nor, sont plus légères, plus festives. Impossible de ne pas danser ou chanter en chœur. Les voix sont puissantes, authentiques et toujours bien dosées. Déjà à la moitié de l’album et aucun temps mort, aucune chanson que j’ai eu envie de sauter ou d’écouter d’une oreille seulement.

Hurricane, la chanson titre, est un autre petit bijou. Cette fois, on s’éloigne du punk rock pour une merveilleuse ballade débutant par une petite intro au piano. Impossible de résister à une si belle mélodie exécutée à la perfection par les guitares, acoustiques et électriques. Le son des guitares est vraiment un coup de cœur pour moi. Elles sont bien présentes et contribuent à créer l’ambiance voulue en venant appuyer les voix et le texte.

Comme c’est souvent le cas, je m’attendais à ce que l’intérêt se perde un peu, mais c’est plutôt le contraire. La chanson numéro 8, Goodbye, est probablement ma préférée. Le genre de chanson qu’on fredonne en souriant. Simple et super catchy. Une chanson parfaite pour mettre de bonne humeur.

Et bien sûr, un album Oi d’un band de Londres n’en serait pas vraiment un sans un petit clin d’œil au football (soccer) avec une petite chanson sur leur club préféré, West Ham United, avec la chanson Three Points. Encore une fois, on retrouve un sing along chorus qui apporte une énergie impossible à ignorer.

Le seul point négatif est l’ajout d’un orgue. Je DÉTESTE l’orgue. Il est présent dans la majorité des chansons, surtout dans les refrains, et ça m’agace. Je trouve ça totalement inutile et désagréable, mais je réussis tout de même à rester concentrée sur le positif.

Dans un monde dominé par les singles, ça fait du bien de pouvoir apprécier un album dans son ensemble. Un tout parfaitement agencé qui joue en boucle chez moi depuis plusieurs jours. Si j’exclus le cover d’Elton John, I’m Still Standing, que j’ai moins apprécié, toutes les chansons sont parfaites. Je suis impressionnée par la qualité des compositions autant que par la prestation studio des musiciens. Définitivement un album que je dois posséder en CD pour ma collection. J’espère avoir la chance d’entendre quelques chansons live dans un futur pas trop lointain.

Rating : 6/5 🙂

Chansons dignes de mention : TOUTES!!

Geneviève

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s