Plat de résistance

Le 31 août dernier, le groupe anarcho-punk Peroxide fêtait ses 25 ans d’existence et se produisait sur la scène du festival Punx Make Noise, auquel je n’ai malheureusement pas eu la chance d’assister. Et pour célébrer cet anniversaire, le groupe a décidé, en collaboration avec le label Inside Crew Productions et Propagande Distribution, de rééditer ce petit chef d’œuvre du hardcore québécois, en version vinyle et CD. Pourquoi parler d’un album paru il y a deux décennies déjà? Bah, pourquoi pas je vous dirais plutôt! À l’époque, les médias numériques étaient beaucoup plus restreints et je suis convaincue que ce band et ce LP méritent beaucoup plus d’attention qu’ils en ont déjà. Petit tour d’horizon de l’album Plat de résistance paru en 1998.

Pour moi, le meilleur endroit pour écouter et savourer un nouvel album, c’est lorsque je suis seule avec moi-même, en voiture, sur la route. La tête vide, le regard droit devant, le volume bien fort. Si, parfois, certains nouveaux albums me donnent envie de rouler longtemps ou me rendent le cœur léger, l’album Plat de résistance, quant à lui, m’a donné envie de rouler un peu trop vite, de rouler vers la révolution, le poing sorti en dehors par la fenêtre, et de crier très fort. Non pas qu’il me faisait sentir agressive, mais plutôt combative. Car Plat de résistance ne fait ni dans la dentelle ni dans les balades mélodico-punk rock. C’est plutôt un son lourd, gras, rapide et engagé. Des pièces qui parlent de politique, d’environnement et du respect de la vie et de l’humanité en général. Bref, des sujets qui, même 25 ans plus tard, sont toujours d’actualité et ne se démoderont probablement jamais.

J’aime particulièrement la voix du chanteur Sylvain Fiset. Tantôt mélodieuse, tantôt rauque et cassée, sans toutefois être trop gutturale. Une voix parfaite pour faire passer un message, pour nous faire ressentir son désarroi et son refus de s’agenouiller. Au total, 11 pièces écrites avec le cœur et jouées avec les tripes, chacune d’entre elles s’enchaînant comme un chaos mélodieux. Pour vous résumer cet excellent album, je vais reprendre les mots du groupe et vous laisser sur une de leur citation : tel du peroxyde qui désinfecte une blessure sans tout à fait la guérir, nous espérons conscientiser les gens et essayer de leur donner des outils qui, nous croyons, pourraient mener à un avenir meilleur.

Pièces préférées : Neige noire, Télé-bidon et Jardinage

Vous pouvez vous procurer l’album en version vinyle ou CD par le biais de la page Facebook du groupe, chez Explosive Groove Disquaire à Limoilou ou en version numérique sur Spotify.

1492 : la conquête du paradis
Neige noire
Télé-bidon
Des maux
Déontologie canine
Faut pas s’en faire
Jardinage
Gros chien sale
Réflexion sur la réflexion
Engagez-vous, c’est payant
Eux

Claudia

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s