Cuddlefish3000 : un groupe à suivre

Une importante découverte a été faite au début de l’année. Au moment où le Pouzza Fest annonçait sa grandiose programmation, un ami me suggérait un groupe écrit en minuscules caractères sur l’affiche du festival montréalais. Cuddlefish aura été pour moi la surprise de l’édition 2019. Je ne suis pourtant pas ici pour vous parler du spectacle (que j’ai vraiment adoré), mais plutôt du split avec Silverwigs.

J’ai donc commencé mon approche de ce nouveau groupe qui ne me disait absolument rien, même de nom. Trois morceaux biens gras et crasseux sur un split (encore) avec Burning Spring en 2017. Ce sont justement ces trois pièces qui m’ont permis de comprendre que je n’en avais pas fini avec le punk criard, voir strident par moment. Un son rythmé et mélodieux à la fois, j’étais maintenant près pour la présence du groupe au Pouzza, mais surtout pour la sortie du split qui allait jouer tous les jours, et ce, pendant plusieurs semaines qui suivront mon achat.

Maintenant sous l’appellation de Cuddlefish3000, la formation originaire d’Athens, en Géorgie, nous a concocté un magnifique quatre-morceaux encore plus succulent que le précédent! Pour un jeune groupe comme eux, je trouve que l’idée de faire des albums en collaboration est un moyen parfait pour apprivoiser la scène ainsi qu’apprendre à se découvrir et se permettre d’évoluer graduellement. Le même son tel que décrit plus haut, avec deux ans de plus à leur actif.

L’introduction à la sauce Leftover Crack avec la pièce Substance Abuse (je vous jure que la comparaison n’est qu’un adon) vient me prendre particulièrement par les trippes; j’ai temporairement l’impression d’entendre un de mes groupes préférés. Guitare langoureuse avec un enregistrement en arrière‑plan, suivie d’une légère coupure pour finalement me ramener au son que j’aime tant, celui de Cuddlefish3000. Une énergie soutenue, un rythme punk rock avec la même voix perçante qui frôle de près le cri, mais on comprend bien les paroles malgré tout.

Une entrée en la matière toujours à la mélodique guitare. Mais cette fois-ci, plus entraînante; on a le goût de la fredonner dès la deuxième écoute. Je crois que Teething pourrait être leur échantillon commercial vu sont petit coté accrocheur. Le nom me donne froid dans le dos par contre. Je ne sais pas s’il y a un rapport avec les bébés qui hurlent leur vie en faisant leurs dents…

Si jamais Cuddlefish3000 se rend au point d’avoir un moshpit, We’re Never Young Again (encore là, aucune intention de clin d’œil louche) serait le moment clé pour les adeptes. C’est le moment le plus intense, rapide et court; ça chante pratiquement sans arrêt et ça termine sec!

Pour terminer, on retourne vers les lamentations. Une belle finale, douce et apaisante; pour le style bien sûr. Hochement de tête, tapage de pied aux pulsions de la basse et des percussions. Suivis par les coups de guitares lents et les cris douloureux. Mon seul regret, le côté B n’est pas d’eux. Ce n’est pas que je n’aime pas Silverwigs, mais ils ne m’ont tout simplement pas donné le matériel pour en parler davantage.

Chanson Préférée: We’re Never Young Again

Lien vers le split : https://debtoffensiverecords.bandcamp.com/album/split-lphttps://cuddlefish.bandcamp.com/

Marcan

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s