Mute à Aalst (Belgique)

Quelle idée d’aller assister à un concert un jeudi soir, fin de semaine, fin du mois, en juin qui plus est. En effet, le mois de juin est reconnu pour être un mois très chargé en Belgique. C’est une période d’examens, de fin d’année scolaire, bref, ce n’est pas trop le moment pour faire la fête. Mute n’est pourtant pas le premier groupe canadien que je croise en juin. J’ai partagé le stage avec Fullcount à Braine-le-Comte lors de leur passage en Europe en 2015 et j’ai participé à une soirée déjantée avec The Options à Lille, en 2017. Mais pourquoi vous venez toujours en juin???

Bref, je me décide un peu mollement de partir vers Aalst (Alost en français). J’arrive sur place et je tombe sur un piétonnier m’obligeant à marcher plus d’un kilomètre avant d’arriver à la salle. Première surprise : il n’y a pas grand monde; deuxième surprise : la salle est minuscule, tellement minuscule que le peu de monde présent tient à peine dans la salle. Mute arrive enfin sur scène après un sound check rapide, une pause pipi d’Étienne et c’est parti!

C’est avec grande joie que je retrouve mon ami Jeroen (Jare), bassiste actuel de March (ex Face The Fax, State of Mine, RAF…) et le remplaçant de JP (basse) à l’occasion de ce début de tournée en Europe. Je connais son jeu pour avoir joué avec lui pendant deux ou trois ans. Il est un excellent bassiste expérimenté, mais j’avais des craintes au début. En effet, Jare joue à l’onglet, alors que JP joue avec les doigts. Les premiers titres s’envolent et je ne perçois que très peu de différence entre les deux bassistes; mes doutes disparaissent!

Au fil du set, les pogos se mettent en branle. J’ai par moment l’impression que Mute joue sur mes genoux, mais rien de grave, c’est même plaisant de voir un groupe jouer si près de soi! Le band assure sans avoir prévu une setlist et en ayant répété avec Jare la veille. Les titres sont piochés à tour de rôle, les trois albums sortis depuis 2008 sont ainsi couverts. Étienne pour le coup joue le chef d’orchestre en demandant à chaque membre du groupe quelle chanson ils veulent jouer. Les grands classiques y passent comme Bates Motel, Fill The Void, Fading Out et le génial Kings Of Spades, sans oublier les reprises de To Be With You, mais aussi de Don’t Call Me White de Nofx et All I Want The Offspring, qui sont également reprises avec le fort appui de l’entièreté de la salle transformée en circle pit pour l’occasion! Je n’ai pas retenu tous les morceaux joués, le band a été plus que généreux. Le déplacement valait vraiment le coup!

Mute reste une valeur sûre et de qualité. J’ai été voir le band dans plusieurs salles, des grandes et des très petites également (comme le Rock Café, à Leuven), et je n’ai jamais été déçu par le quatuor québécois. J’apprécie tout particulièrement le contact, la simplicité et la générosité des membres du groupe. Une chose est sûre, je vois Mute sur une affiche en Belgique, la croix dans mon calendrier est directement placée. Que dire de plus, à part que j’adore ce band tant musicalement qu’humainement. À voir et à revoir encore, sans hésiter!

Laurent

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s