Rien ne se perd, rien ne se crée…

 

Bad religion est depuis le plus loin que je me souvienne, mon groupe préféré. Ils ont marqué ma jeunesse et dicté ma pensée, m’ont permis d’ouvrir mon esprit à de nouvelles visions de la vie, à une époque où personne ne m’apportait les réponses dont j’avais besoin. J’avais 13 ans. 27 ans plus tard, je les aime toujours autant et la sortie d’un nouvel album ne pouvait pas, pour ma part, passer sous silence. Je n’avais pas eu la chance encore d’écouter ce dix-septième album studio sorti le 3 mai dernier, à part quelques extraits ici et là. La possibilité d’en écrire une critique m’a donc obligée à m’arrêter un moment et à y prêter l’oreille.

Il est certain que Age of Unreason ne surpassera pas un album comme Suffer ou No Control. Mais à ma grande surprise, il garoche sur un moyen temps quand même. Rien de nouveau, rien de perdu, c’est du Bad religion tel qu’on le connaît : pur et simple. Des pièces rapides, des thèmes politiques et engagés. Humanité, raison et conscience. Voilà de quoi est composé cet enregistrement. Il est important de savoir aussi qu’il s’agit du premier album sur lequel on peut entendre respectivement les remplaçants de Greg Hetson et Brooks Wackerman à la guitare et à la batterie : Mike Dimkich et Jamie Miller. Malgré cela, le son demeure exactement le même. Malgré ses 54 ans, Greg Graffin demeure solide, la voix toujours aussi raillarde et brisée.

Probablement qu’une personne qui ne connait pas l’œuvre intégrale du groupe n’accrochera pas à cet album. Mais je suis convaincue que les fans finis comme moi ont déjà cet album dans leur collection. Je sais que cette critique manque peut-être un peu d’objectivité, mais pour vrai, j’ai vraiment passé un beau moment à jouer et à rejouer cette nouvelle sortie.

Sur les 14 pièces, une seule ne m’a pas accrochée, mais alors pas du tout. Il s’agit de Lose your Head (qui pourrait facilement jouer sur les ondes d’une radio pop quelconque comme Rouge FM). Mais sinon, plusieurs pièces sont délicieuses dès la première écoute, d’autres après quelques «replay». Pour te laisser convaincre, si tu es un fan comme moi ou quelqu’un qui veut les découvrir, voici mon top 3 :

#1)  Age of Unreason (tu vas la jouer et rejouer sur «repeat», c’est assuré!)

#2) Candidate

#3) Chaos from within

 

Bonne écoute!!!

Claudia Bo

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s