Pouzza 9 : incroyable du début à la fin! (première partie)

Encore une fois, le Pouzza Fest fut tout un succès cette année! J’en suis revenue les pieds complètement en compote, mais la tête remplie de beaux souvenirs. Il n’y a rien de plus plaisant que de passer un week-end entre amis à voir des shows mémorables.

Vendredi

Le premier groupe que j’ai eu la chance de voir est Jeffrey Lost Control. La troupe de Thetford Mines, qui vient d’ailleurs de sortir un excellent album intitulé Small Town Rivalries, a donné toute une performance. J’étais bien contente de commencer mon week-end avec eux! Je me suis ensuite dirigée vers le Jardin des bières pour Lost Love. C’était loin d’être la première fois que je les voyais, mais c’est le même plaisir chaque show. Leur plaisir sur scène est contagieux. Venait ensuite Bad Cop/Bad Cop, que j’adore, mais j’ai manqué les trois quarts du show en raison d’un problème de clé d’AirBNB… Quelle déception!

Et finalement, le grand choix déchirant d’où je terminais ma soirée : Smoke or Fire ou Spanish Love Songs. J’ai hésité jusqu’à la toute dernière minute, mais j’y suis allée pour le trio de fin de soirée que j’adore : Dead Bars, Arms Aloft et Spanish Love Songs. J’ai un petit pincement quand je regarde les vidéos de Smoke or Fire, mais je peux vous confirmer que je n’ai pas du tout regretté mon choix. Les bands étaient incroyables et l’ambiance des Katacombes l’était tout autant. J’ai encore des frissons en pensant à la foule qui chantait pendant Spanish Love Songs. Il y avait carrément de la magie dans l’air. C’est sans contredit mon plus beau moment du Pouzza 9.

Samedi

Je ne pouvais vraiment pas manquer l’après-midi acoustique sur la terrasse des Katacombes avec Jenn Fiorentino et ma belle amie Émilie de 50 Shades of Punk Rock. J’adore le concept de commencer la journée d’une manière un peu plus tranquille avec des shows acoustiques. Tout le monde était un peu magané de la veille et a entamé sa première (ou deuxième) bière de la journée en chantant en cœur des vieux classiques punk rock. C’était tout simplement parfait!

Je me suis ensuite dirigée vers les Foufs pour voir Babe Patrol, mais les filles ne se sont jamais pointées. J’étais super déçue parce que j’avais vraiment envie de les voir. C’était donc le temps d’une poutine en regardant Direct Hit! et d’un petit repos au condo. Pas facile, la vieillesse dans un fest!

Je suis revenue au Jardin pour Strung Out et je dois l’avouer, la motivation n’était pas du tout au rendez-vous. Les dernières prestations que j’avais vues du groupe m’avaient beaucoup déçue et je n’avais pas envie de l’être une fois de plus. Mais j’ai suivi mes amis et je suis bien contente de l’avoir fait parce que c’était définitivement le meilleur show du groupe que j’ai vu dans les dernières années. Et l’ambiance au Jardin est tellement le fun quand la foule chante à tue-tête.

Ensuite, je suis allée faire une petite saucette aux Foufs, le temps de voir Smoking Popes et Sincere Engineer. J’aurais pu écouter Smoking Popes jusqu’à la fin des temps. Non mais quelle voix incroyable! J’étais tout simplement émerveillée. Et que dire de Sincere Engineer… J’avais déjà eu la chance de la voir seule avec sa guitare et je l’avais adorée. Mais de la voir sur scène avec un band complet… wow! Si douce quand elle parle, mais la rage d’une lionne aussitôt qu’elle se met à chanter. Définitivement un de mes gros coups de cœur du Pouzza de cette année.

Je suis allée terminer ma soirée aux Katacombes. J’avais eu la chance de voir Topsy Turvy’s la semaine précédente à St-Jérôme, mais je les avais tellement aimés que je voulais absolument retourner les voir au Pouzza. Quel band incroyable live! Et les membres sont tellement sympathiques. J’espère avoir la chance de les revoir un jour, peu importe le côté de l’Atlantique.

Venait ensuite Bong Mountain, un des groupes que j’avais le plus envie de voir pendant la fin de semaine. Quel show impeccable! Le groupe était excellent et la foule, tellement belle à voir. L’ambiance était la même que la veille pendant Spanish Love Songs. J’ai vraiment un faible pour les fins de soirée du Pouzza aux Katacombes.

J’avais vraiment hâte de voir Timeshares et The Dopamines, mais c’est à ce moment que le diabète m’a rappelé qu’il peut avoir le dessus une fois de temps en temps. Ma glycémie a atteint un record pendant Bong Mountain et même si je me suis injecté de l’insuline et que j’ai bu une tonne d’eau, la somnolence est devenue trop difficile à combattre et j’ai dû repartir vers mon condo. J’étais vraiment frustrée et déçue par la situation, mais en même temps, je le sais que c’est ma réalité et que je dois l’accepter. Je me suis concentrée sur le fait que j’avais déjà vu beaucoup de shows incroyables dans les deux derniers jours et qu’il restait encore le fameux dimanche soir aux Foufs. Dimanche soir qui va se mériter un article à lui seul. À suivre…

Marie

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s