En route vers le Pouzza 9

La longue attente fait maintenant place à la fébrilité : le Pouzza commence dans quatre jours. Enfin! Comme pour chaque édition, j’ai acheté mon billet super early bird, j’ai attendu l’annonce du calendrier de l’Avent chaque jour comme un enfant avant Noël et je me suis extasiée devant l’affiche officielle. Je ne m’en cache pas, le Pouzza est mon festival et mon weekend de l’année préférés. Un weekend qui est en fait mes retrouvailles annuelles avec mon meilleur ami, où nous courons comme des poules pas de tête d’une salle à l’autre pour ne rien manquer. L’édition de cette année sera toutefois un peu plus spéciale que les précédentes. Ce sera mon tout premier marathon musical de trois jours avec le diabète de type 1 et tout le kit de gestion qui vient avec, mais surtout, ce sera le tout premier Pouzza Fest de Punk Rock Avenue en tant que média. Un énorme merci aux organisateurs de nous laisser notre toute première chance dans un festival!

Dans les dernières semaines, j’ai pris le temps d’écouter tous les bands, religieusement, un après l’autre. Crinquée vous direz? Oui! Ce que j’aime le plus du Pouzza, c’est justement l’aspect découverte. Chaque année, je découvre de nouveaux groupes et j’ai la chance de voir des groupes que je n’ai jamais vus. C’est rafraîchissant d’avoir accès à de la nouveauté dans un festival. Et bien honnêtement, mes plus gros trips sont pas mal plus souvent dans les petites lettres de l’affiche. Il y a beaucoup de groupes émergents qui sont excessivement talentueux, mais trop peu connus. Il faut que quelqu’un ait l’audace et l’ouverture de leur donner une chance de se faire découvrir, et pour ça, le Pouzza ne laisse pas sa place!

Comme chaque année, j’ai aussi imprimé l’horaire et surligné les bands qui m’intéressent. Cette année, mes feuilles sont jaune comme jamais! Je dois avouer que j’ai surligné 90 bands. Pas besoin de vous dire que c’est le festival du conflit d’horaire et que j’aurais besoin de deux ou trois clônes pour le weekend. Mais bon, je dois être réaliste et je vais y aller avec mes coups de cœur et privilégier les groupes qui viennent de loin, que j’ai rarement l’occasion de voir et/ou que je n’ai jamais vus. Je pense notamment à Hit the Switch, The Human Project, Bong Mountain… et tout plein d’autres excellents groupes.

Et ça m’amène à vous parler du pire conflit d’horaire de tous les temps. LE conflit d’horaire dont tout le monde parle depuis la publication de l’horaire : Smoke or Fire vs Spanish Love Songs. Honnêtement, je change d’idée tous les jours. Je risque quand même d’y aller pour un choix logique vu que je me dis que je n’aurai sûrement jamais l’occasion de revoir Smoke or Fire, d’autant plus que j’aurai la chance de voir Spanish Love Songs au Fest de Gainesville en novembre. Et vous, avez-vous choisi votre camp?

Heureusement, je vais pouvoir profiter du pré-Pouzza à Ottawa dans les prochains jours pour voir des bands que je n’aurai peut-être pas l’occasion de voir pendant les trois jours à Montréal. Je commence demain avec The Human Project, qui joueront avec The Fly Downs, GOAT et Colorsfade. Mercredi,  place à Ship of Fools et à Dead Bars. Jeudi, les déchirements commencent, car il y a deux excellents shows en ville. Hightower, In the Meantime et Splintered Fate d’un bord, et Steve Adamyk Band, Lone Wolf, Prettyboy, DeeCracks, Pseudo, Expert Timing et Fresh Hell de l’autre… Ayayaye!

Quand j’analyse la liste de groupes, la première chose qui me frappe est le nombre de bands comportant au moins un membre féminin. La place que tiennent les femmes au Pouzza, autant sur scène que dans l’organisation, est tout à fait remarquable. Et encore cette année, le festival offre une super belle diversité de bands québécois et ontariens, mais aussi d’ailleurs au Canada et d’un peu partout dans le monde, notamment du Royaume-Uni, de l’Autriche et du Japon. C’est vraiment plaisant d’avoir accès à autant de bands internationaux en se promenant simplement d’une salle à l’autre.

Je vais donc passer mon weekend à courir d’un endroit à l’autre, mais la majorité de mon vendredi sera aux Foufs, de mon samedi, aux Katacombes et de mon dimanche, encore aux Foufs. Et en passant, si vous me reconnaissez dans la foule, n’hésitez pas à me dire un petit bonjour. Parce que ce que j’adore aussi du Pouzza, c’est le sentiment de retrouver ma grande famille punk et l’occasion de rencontrer d’autres passionnés de musique.

Alors les punks, vous êtes prêts pour le meilleur weekend de l’année? À vendredi! 🙂

Marie

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s