Fastfade – Happy if You Aren’t

Et ben, tu sais quoi? J’ai craqué attaboy! Ben oué, au mois de décembre dernier, j’étais tranquille dans mon lit et je regardais, telle une vache devant un train qui passe, mon mur Facebook. Et je tombe sur une offre « bundle-que-ça-te-coûte-moins-cher » CD/t-shirt d’un groupe que je ne connais pas : Fastfade. Je check un peu l’affaire, je vois surtout le t-shirt qui représente un fermier sur son tracteur après s’être pris en pleine face le souffle d’une bombe nucléaire. Le design est juste sublime, mes doigts glissent lentement comme attirés par un aimant vers le bouton « t’achètes pauv’ con »… Et CLICK! La commande est passée. Je ne sais même pas ce que le band fait. Je connais le label, Umlaut Records; ça ne sera pas de la pop autotunée, mais quand même… J’arrive à me poser la question du consommateur compulsif « putain, qu’est-ce que j’ai fait! » J’attends donc fébrilement mon paquet, je me demande ce que le disque vaut! Quelques jours plus tard, le facteur apporte ma commande, je déchire l’enveloppe tel un pitbull
sur un os et BIM! Je place le CD dans ma platine…

Bon, avant d’appuyer sur play, j’essaie le t-shirt : il claque vraiment! Étant recouvert de ma blouse de big fanboy de Fastfade, je suis près pour un orgasme musical… enfin, je l’espère du moins. Walkie Talkie débute en palm mute/chant et 20 secondes plus tard, tout le band se met en branle avec une batterie axée mid-tempo. On est ici dans une configuration classique propre aux groupes punk composés d’une batterie, d’une basse et d’une guitare avec des choeurs par-derrière. Jusqu’ici tout va bien, j’apprécie le chant et les jeux des différents instruments. Cette première plage me laisse un bon goût de bonbon acidulé et voici que démarre Time Stuck. Et là, mon oreille de musicien en prend un coup. La batterie entame le morceau en full speed, mais on sent que le batteur n’est pas à l’aise dans cet exercice. Pour le reste, ça joue, je me dis que c’est un effet recherché pour faire « plus » punk. La mélodie reste en tête, c’est l’essentiel finalement. Bref, j’entame la 3e plage Idiot également en full speed. Là, c’est maîtrisé, pas de coup de baguette à côté, on est bien carré avec plein de roulements sur le snare, j’adore ! Les choeurs sont toujours aussi puissants, la guitare et la basse jouent magnifiquement bien ensemble. Ça reste un classique « 3 pieces band », mais qu’est-ce que ça donne!

Je ne vais pas décrire l’entièreté des morceaux ici hein, j’ai résumé l’essentiel de l’album à mon sens à partir des 3 premiers morceaux. La production est soignée, on entend magnifiquement bien la basse, ce qui n’est pas toujours le cas dans un mix. Quoi qu’il en soit, je te laisse découvrir le reste. J’espère néanmoins t’avoir donné l’eau à la bouche.

Passons à l’objet : le CD et l’artwork. Le dessin sur la pochette de l’album se déroule une
microseconde après l’explosion et une microseconde avant le print du t-shirt de la fameuse bombe nucléaire (tu me suis?). On retrouve donc notre fameux fermier sur son tracteur, tout content de travailler dans son champ, avec en arrière plan, l’apparition du champignon atomique laissé par la bombe. On est ici dans la plus pure tradition punk à la John Holmstrom et du détournement d’affiche publicitaire des années 50-60. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ce genre d’artwork et je dois dire que ça fait plaisir de voir ce type de pochette en 2018 (et bonne année 2019, au passage!).

Concernant le livret, bah « yapagranchoseàdire »! On retrouve sur une double page (format cd, hein) une série de photos du groupe en noir et blanc, flanquées d’un gros « Fastfade » en plein centre. J’aurais préféré avoir au moins les textes, même en police taille 6. Mais non! Je reste sur ma faim de ce côté-là.

Pour conclure, les 14 tounes de cet album varient entre « mid tempo » et « full speed ». Il y a beaucoup d’énergie, c’est mélodique, des choeurs à gogo, la batterie n’est parfois pas tout à fait juste, mais on s’en fout, ça passe sans problème et mes oreilles ont même éjaculé du cérumen, c’est dire! Je pense néanmoins que ce groupe est plus habitué à jouer en live et que les 14 titres proposés dans cette galette ont été écrits pour la scène. L’orgasme est malgré tout réussi, même si j’avoue avoir pris un peu de temps pour pouvoir apprécier cet album à sa juste valeur et ainsi prendre mon pied, voire les deux.

Happy if You Aren’t ne couche pas le premier soir, il doit se laisser apprivoiser! Le bundle CD/t-shirt fut finalement un bon achat, rien que pour avoir l’artwork du CD et le print du t-shirt mis l’un à côté de l’autre. Un belle découverte, que je t’invite, toi aussi, à découvrir au plus vite si ce n’est pas déjà fait.

Laurent

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s