Templeton Pek – Watching the World Come Undone

Dès les premières notes de Nowhere to Hide, la première chanson du dernier album de Templeton Pek, Watching the World Come Undone, j’ai su que j’avais affaire à quelque chose d’assez différent de ce que j’écoute habituellement. En effet, ce groupe se démarque du lot autant par sa musique que par la voix du chanteur, qui m’a tout de suite plu; une voix perçante et impressionnante qui me donne des frissons chaque fois que je l’entends.

Du côté musical, cet album est un beau mélange de skatepunk, de rock, de breakdowns et de rythmes plus smooth. En fait, le tout peut se retrouver dans une seule chanson et c’est ce qui fait, à mon avis, que ce groupe se démarque autant du reste de la scène punk rock. On pourrait croire que c’est un peu n’importe quoi de mélanger autant de rythmes, mais non, le groupe effectue les transitions à la perfection. J’adore les bridges qui mènent tous à un refrain intense et accrocheur.

Si je pouvais décrire cet album par un seul mot, ce serait « émotions ». Elles sont partout, autant dans la mélodie que la voix ou les paroles. La première fois que j’ai écouté l’album, je vivais une situation difficile et j’ai eu l’impression que cet album-là était directement branché sur mes émotions. J’ai passé une journée complète à écouter The Awakening, qui reste ma chanson préférée de l’album à ce jour. Le début du refrain, « Don’t let me down, now », me pogne directement dans les tripes chaque fois que je l’entends. Je n’ai pas besoin de vous dire que ce fut un moment intense quand j’ai eu la chance de l’entendre live au SBÄM Fest. Wow! D’ailleurs, si jamais vous avez la chance de voir ce groupe, ne la manquez pas. Les gars sont incroyables sur scène et très sympathiques.

J’ai aussi un gros faible pour la deuxième pièce de l’album, Oblivious. Les amateurs de skatepunk dans le tapis vont clairement la trouver « molle », c’est d’ailleurs comme ça qu’un de mes collègues l’a qualifiée, mais la mélodie est tellement belle. C’est la chanson la plus mélancolique de l’album, mais étrangement, elle me fait toujours sourire. Le bridge me donne envie de fermer les yeux et de partir loin dans ma bulle. Et j’adore ce genre de chanson qui me fait décrocher automatiquement.

Une autre de mes pièces préférées de l’album : The Aftermath. Elle commence super doucement puis augmente en intensité jusqu’au refrain. C’est d’ailleurs dans le refrain que se trouvent les paroles qui constituent le titre de l’album. Et c’est aussi un refrain qui reste dans la tête, autant par ses paroles que par son côté accrocheur.

Bref, si, comme moi, vous aimez les albums qui vous font passer par toute une gamme d’émotions et que vous avez envie de découvrir un groupe qui se démarque, je vous recommande fortement Watching the World Come Undone de Templeton Pek. Vous ne serez pas déçus!

Marie

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s