SBÄM Fest – jour 1

Ça fait déjà presque deux semaines que le SBÄM Fest a eu lieu et il est plus que temps que je vous présente mes impressions de la fin de semaine. Je pense que j’avais besoin de revenir à la maison, de me remettre les deux pieds dans la réalité et de prendre du recul pour y arriver. Alors voici…

Missstand

Le premier groupe du week-end était Missstand, un groupe autrichien que je n’avais jamais écouté avant. Je dois vous avouer que j’écoute seulement de la musique en anglais. Même si je suis francophone, j’ai de la difficulté avec les groupes francophones. Alors les groupes allemands… MAIS, j’ai vu ça comme une expérience culturelle et j’ai profité du show. Et je dois admettre que j’ai aimé ça même si je ne comprenais absolument rien. Un moment donné, je me suis habituée à ne rien comprendre. Mes cours d’allemand au cégep ne m’ont strictement servi à rien pendant mon séjour en Autriche! Mais bref, j’ai aimé le beat à défaut de savoir de quoi Missstand parlait 😉

The Murderburgers

Eux, je les connaissais d’avance et j’avais bien hâte de les voir. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre live par exemple… le chanteur est quelque chose! Je le qualifierais de bibite rare divertissante. Moment magique quand il s’est rendu compte qu’il leur restait 10 minutes de temps de stage et une seule toune à jouer. Il a donc conclu qu’il n’avait pas assez parlé et il s’est mis à raconter n’importe quoi. De toute beauté! Mais j’ai aimé l’énergie que le groupe a mise dans sa prestation et je n’ai vraiment pas été déçue de leur set.

Wonk Unit

J’ai dit que le chanteur des Murderburgers était une bibite rare, mais il n’est rien comparativement au chanteur de Wonk Unit. Ben franchement, je ne suis pas du tout une fan de ce groupe, mais je suis restée à le regarder tellement le chanteur est un showman. Son petit move de course au ralenti est assez imbattable. C’est pas mal tout ce que j’ai retenu du show en fait 😉

Joe McMahon

Joe McMahon est en fait le chanteur de Smoke or Fire qui présente son projet solo folks. Je l’ai trouvé excellent, mais disons que c’était un peu trop différent du reste de la programmation de la journée. J’avais envie d’entendre du punk qui rentre dans le tapis et de voir la foule se déchaîner. Je n’étais pas triste quand son set a fini 😉

Astpai

Bon, là mon gros fun de la journée commençait parce que j’avais super hâte de voir tous les bands qui suivent. C’était vraiment super d’avoir la chance de voir Astpai dans leur pays. C’est vraiment à ce moment-là que j’ai réalisé que j’étais en Europe, en train de regarder des groupes européens. Ça fait un peu drôle à dire, mais quand ça fait presque 20 ans que tu tripes sur des bands européens et tu te retrouves enfin parmi eux, ça fesse fort! Astpai ont été parfaits sur toute la ligne. Les gars avaient tellement l’air heureux de jouer que c’était contagieux. J’ai adoré!

The Bombpops

J’avais eu la chance de les voir l’an dernier à Montréal, alors je savais que je pouvais m’attendre à un show de qualité. Et ce fut le cas! Lw drummer m’avait confirmé à l’avance qu’ils allaient jouer Outta Hand et je l’attendais avec impatience. C’est avec cette toune que je les ai connus et elle demeure ma préférée à ce jour. Je n’ai pas tombé en bas de ma chaise en écoutant le dernier EP que je qualifie malheureusement de musique de films d’ado (un peu trop pop et pas assez rapide à mon goût), mais live, j’ai bien aimé. En plus ces gens-là sont tellement gentils! J’ai eu la chance de brosser un peu avec eux la veille et on a vraiment eu du fun. Le genre de chose super random qui se produit une fois dans une vie dans un petit pub de quartier en Autriche. Photo à l’appui 😉

No Trigger

LE band que je me suis dit « fuck that Marie, t’as juste une vie à vivre et au diable les dépenses, tu t’en vas en Autriche voir ça »! Pas besoin de vous dire que j’avais hâte qu’ils embarquent. Et ils ont commencé avec Sleeping Bag, LA toune que je voulais le plus entendre. J’ai capoté! J’ai passé le set juste en bas du stage, devant le chanteur, à chanter à pleins poumons. C’était incroyable! Je suis d’ailleurs super contente qu’un photographe dont j’ignore totalement l’identité ait capté ce moment-là. Un beau souvenir d’un des moments forts de ma vie. Et à la fin, quand le chanteur a dit « I think we have time to play H-Y-P-E-R… » Je pense que mon cœur a arrêté de battre pis que mon cerveau a déconnecté. Hyperaware a été mon premier coup de cœur du dernier EP et je ne peux même pas compter le nombre de fois où je l’ai écoutée dans la dernière année. Ce show-là a été un de mes grands coups de cœur de la fin de semaine et définitivement mon set préféré de la journée. Un gros wow!

Photo par Christoph Thorwartl

Iron Chic

Que dire d’Iron Chic?! Ce band-là est tellement bon live! Ce n’était pas la première fois que je les voyais, mais c’était définitivement ma meilleure fois. Je les avais déjà vus à l’extérieur et tout le monde sait qu’un show en salle, c’est bien meilleur. Surtout quand le son est aussi impeccable qu’au SBÄM. Fait que je n’avais pas encore mentionné : j’ai rarement entendu une qualité de son aussi parfaite que pendant la fin de semaine. Franchement, j’étais impressionnée. Mais bref, Iron Chic ont été incroyables du début à la fin et la foule était littéralement en délire. C’était trop beau à voir et à entendre, car tout le monde chantait avec le band. Moment magique du fest.

Satanic Surfers

Le band pour qui la majorité de la foule était sur place. Et la frénésie était plus que palpable dans la foule quand les gars étaient en train de s’installer. Je me disais que la salle allait exploser dès la première note. La foule criait « Rodrigo, Rodrigo!! » Pis Rodrigo, lui, il a juste été fidèle à lui-même, c’est-à-dire pas un maudit mot du set. Pas allô, pas merci, pas bye bye. Des fois je me dis qu’il s’ennuie du temps où il se cachait derrière son drum. Ça a été la même chose au Rockfest de 2016. Sa seule interaction avec la foule a été de se jeter dedans en body surfing à la fin de la dernière toune. Il avait quand même l’air heureux 😉 Je ne suis vraiment pas fan du dernier album et j’avais un peu peur que ce soit majoritairement du nouveau stock, mais vraiment pas. Du Hero of our Time et du 666 Motor Inn, on en a eu pour notre argent! Ce fut un immense bonheur de crier, et non de chanter, Head Under Water. Quel moment! Et même s’ils n’étaient pas headliners, la foule criait « one more song » à la fin. Ils auraient pu jouer pendant des heures sans tanner personne. Je pense que le pit était au moins le tiers de la salle. C’était probablement le show qui a le plus brassé pendant la fin de semaine!

Propagandhi

C’est le moment de ma grande confession : je ne suis pas du tout une fan de Propag. Je sais, je sais, vous allez me juger, comme tout le monde m’a jugée quand le dernier album est sorti et que je faisais partie des trois humains sur Terre à ne pas trouver que c’était un chef d’œuvre! J’aime des vieilles tounes de Propag et l’album Supporting Caste, mais quand un band pousse la note expérimentale un peu trop loin à mon goût, il me perd. Je suis capable de dire que ce sont de grands artistes, mais leur musique ne me rejoint pas du tout. Donc tout ça pour dire qu’après une couple de nouvelles tounes live, mon mal de pieds et ma journée dans le corps ont pris le dessus et j’ai pris le chemin de l’hôtel avant la fin du show. La Canadian girl n’avait plus du tout envie d’espérer des vieilles tounes. Pas facile la vie de backpacker/globe-trotter/punk rocker… surtout quand tu sais que tu dois recommencer le lendemain 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s